Disneyland Paris joue un mauvais tour à ses intermittents du spectacle et ses CDD !

Le journal Le Monde révèle que Disneyland Paris souhaite se défaire de centaines d’intermittents du spectacle à moindres frais, en raison de la pandémie de Coronavirus qui impact fortement le Parc. Certains CDD auront également vu leur contrat rompu à tour de bras !

B9721840157Z.1_20191206155221_000+GPNF2H54E.1-0


Disneyland Paris veut rompre le contrat de centaines d’intermittents du spectacle !

Le journal Le Monde nous apprend, à travers un article paru le vendredi 3 avril 2020, que Disneyland Paris désire rompre le contrat de centaines d’intermittents du spectacle. La pandémie de Coronavirus ayant provoqué la fermeture du Parc parisien, et par conséquent l’annulation de plusieurs spectacles et saisons proposés jusqu’en juin 2020, la direction cherche donc à se défaire à moindres frais de ces employés concernés par le monde du spectacle. Une décision qui provoque des différends entre le personnel et la direction de Disneyland Paris.

Une-Mickey-et-le-magicien

Avec l’annulation de la « Saison des Super Héros Marvel » et de certains spectacles, comme par exemple « Mickey et le Magicien », c’est plus de 350 intermittents du spectacle qui se retrouvent concernés par cette situation. Le mercredi 1er avril 2020, la direction des ressources humaines de Disneyland Paris leur a demandé de procéder à « une rupture amiable [de leur] contrat de travail ». « Circonstances exceptionnelles » à l’appui, le Parc parisien a ainsi proposé « la rupture anticipée d’un commun accord [du] contrat de travail à compter du 1er avril 2020 ». De plus, le personnel devait rendre sa décision le plus rapidement, puisqu’il leur a été demandé de « bien vouloir [lui] confirmer [leur] accord avant le 2 avril 2020 ».

Disneyland Paris donne des coups de téléphone assortis de menaces…

Les syndicats ont été mis au courant de cette situation par le personnel touché. De son côté, la CGT a recommandé de refuser cette rupture unilatérale, chose qui a été suivie par la majorité des intermittents, qui ont rejeté la proposition des ressources humaines de Disneyland Paris. Avant la réception de ce mail, plusieurs personnes ont reçu des appels du service castings du Parc parisien pour leur demander s’ils étaient d’accord pour rompre leur contrat de leur propre chef. Des appels agrémentés de menaces, puisque si les intermittents refusent ils seront blacklistés (NDLR : interdit de recrutement pour une certaine période) à Disneyland Paris.

B9719262231Z.1_20190415114909_000+G6JDD5NFK.1-0

Devant tant de refus, le Parc parisien pourrait invoquer « un cas de force majeure » et ainsi pouvoir licencier les intermittents sans leur accord. Une situation qui ne mettra toutefois pas en péril leur statut. En effet, les ministères de la Culture et du Travail  français avaient annoncé, le jeudi 18 mars 2020, que la période de confinement ne sera pas prise en compte dans le calcul de la période d’ouverture des droits et celui des indemnisations des intermittents du spectacle, lourdement pénalisés par la crise du Coronavirus. Le Parc assure que les intermittents dont le contrat a été rompu peuvent continuer à rester dans leur logement Disney jusqu’à ce qu’ils puissent s’organiser, trouver un nouvel hébergement ou rejoindre leurs familles, et qu’il en prend en charge le coût.

Les CDD également touchés par cette situation !

Les Cast Members ayant signés un Contrat à Durée Déterminée sont également concernés par cette situation. En effet, Disneyland Paris a commencé début avril à rompre à tour de bras les CDD qui avaient été signés. La raison de cette décision se traduit par une situation de « force majeure » qui entraîne la résolution du contrat de travail des CDD, relate Mediapart dans un article.

alignthoughts-disney-first-names

Le 1er avril 2020, le syndicat CFDT de Disneyland Paris a communiqué à tous les salariés et futurs employés la position de l’entreprise : tous ceux qui ont démarré leur CDD avant le 16 mars 2020 seront placés en chômage partiel ; les autres verront leurs contrats annulés. « Nous contestons très clairement cette utilisation du « cas de force majeure », inappropriée et juridiquement bancale, pour mettre fin au contrat de travail des salariés en CDD », proteste le syndicat. Qui appelle à contester la situation devant les tribunaux, « seule action dorénavant possible », déclare la CFDT à Mediapart.

Les syndicats obtiennent gain de cause !

Le samedi 11 avril 2020, les syndicats de Disneyland Paris annoncent la réintégration des intermittents du spectacle et des CDD au sein de l’entreprise. L’ensemble des employés dont les contrats avaient été annulés, suite à la crise sanitaire causée par la pandémie de Coronavirus, pourront dès lors bénéficier du chômage partiel.

Capture d’écran 2020-04-14 à 00.40.01

À propos de Philippe Chauvin

Je suis Chauvin Philippe, j'ai 27 ans et je suis diplômé en communication (journalisme) de la HEPH Condorcet à Marcinelle (Charleroi, Belgique).

Publié le avril 4, 2020, dans Actualité Disneyland Paris. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :