Les CDI de Disneyland Paris vont voir leur organisation de travail modifiée !

Alors que Disneyland Paris a rouvert ses portes le mercredi 15 juillet 2020, la direction du Parc parisien va revoir l’organisation de travail d’une bonne partie de ses salariés en CDI. Des nouvelles mesures qui seraient prises pour sauvegarder la compétitivité de l’entreprise et ses emplois permanents, tout en mettant en grande difficulté de nombreux employés…

21055199


La masse salariale de Disneyland Paris baisse de 14% !

Le journal Le Parisien a expliqué que deux réunions de concertation se sont tenues à Disneyland Paris les 15 et 20 mai 2020. Celles-ci concernaient l’organisation et le temps de travail. Sur la table se joue le sort de 14.620 salariés en CDI, avec des horaires adaptés qui vont devenir obligatoires ou encore des planning qui vont être totalement chamboulés. Des changements qui s’appliqueraient à partir du mois d’octobre 2020.

Capture-d’écran-2020-05-13-à-17.49.57-768x508

Du côté de la masse salariale du Parc parisien, elle baisse de 14%. En effet, en ce qui concerne les employés CDD, apprentis, intermittents ou bien stagiaires, toutes les embauches ont d’ores et déjà été gelées, faisant donc fondre le nombre de 17.000 salariés qui travaillaient avant la crise sur la destination.

De nouvelles mesures non-négociables…

Un représentant du personnel le dit clairement dans le journal francilien, « le Disneyland Paris d’hier, c’est fini » pour les salariés en CDI. La direction du Parc parisien veut rendre obligatoires les horaires adaptés pour tous les salariés des boutiques, restaurants, attractions et des hôtels.

N018708-700x467

Des changements seraient aussi envisagés concernant le planning (un système de deux semaines fixes (emploi du temps inchangé) pour une semaine modifiable, passe à une semaine fixe pour deux semaines modifiables), ne permettant plus aux employés de concilier vie privée et vie professionnelle. Les cadres pourraient de leur côté perdre sept jours de RTT.

img_8971

La direction a fait savoir que ces nouvelles mesures ne sont pas négociables. Selon les syndicats de Disneyland Paris, si ces dernières venaient à être appliquées, elles mettraient une partie des employés en grande difficulté. Les salariés ont donc en face d’eux une direction inflexible mais qui ne prévoit pas pour autant de plan social pour sauver l’entreprise.

Des décisions pour maintenir l’entreprise compétitive !

Le Parc parisien précise que pour « sauvegarder la compétitivité de l’entreprise et ses emplois permanents », alors que « la situation est très impactante financièrement pour la Walt Disney Company et Disneyland Paris » de telles mesures doivent être adoptées.

25841338-0-image-a-34_1583939714847

De son côté, le syndicat de l’Unsa demande à revoir « les leviers de flexibilité », en reconnaissant que « la direction est dans son rôle d’aborder ces sujets en rappelant qu’il y a des intérêts financiers ». Plusieurs réunions se sont tenues jusqu’au 18 juin 2020 avec le direction de Disneyland Paris.

Compte-rendu de la réunion du 25 mai 2020 par le syndicat de la CFDT Euro Disney  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Compte-rendu de la réunion du 28 mai 2020 par le syndicat de la CFDT Euro Disney  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Compte-rendu de la réunion du 29 mai 2020 par le syndicat de la CFDT Euro Disney  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Compte-rendu de la réunion du 4 juin 2020 par le syndicat de la CFDT Euro Disney  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Compte-rendu de la réunion du 8 juin 2020 par le syndicat de la CFDT Euro Disney  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Compte-rendu de la réunion du 11 juin 2020 par le syndicat de la CFDT Euro Disney  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Compte-rendu de la réunion du 15 juin 2020 par le syndicat de la CFDT Euro Disney  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Compte-rendu de la réunion du 18 juin 2020 par le syndicat de la CFDT Euro Disney  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Que retenir de ces réunions ?

Le journal Le Parisien, nous apprend qu’après ces réunions, qui avaient pour but de rapprocher les positions des syndicats de celles de la direction de Disneyland Paris, seul le projet de modifier le planning est abandonné (passer d’un système de deux semaines fixes pour une semaine modifiable à une semaine fixe pour deux semaines modifiables). Mais d’autres mesures annoncées, comme l’obligation des horaires adaptés (journées de travail plus ou moins courtes en fonction de l’activité, de 4h15 à 9h15 d’amplitude horaire), jusqu’ici sur base de volontariat, sont quant à elles retenues.

32472

C’est le mercredi 24 juin 2020 que les 5 organisations syndicales représentatives (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT et Unsa) de l’entreprise devaient signer ou non la nouvelle organisation du travail. Afin qu’il soit effectif, il faut que l’accord soit ratifié par 50% ou plus des représentants syndicaux.

signature-du-contrat
De son côté, la direction du Parc parisien souhaite conserver les 14.620 emplois permanents. Elle désire ainsi modifier l’organisation du travail dans le but de la rendre plus flexible. Pour ce faire, elle veut rendre obligatoires les horaires adaptés pour tous les employés qui travaillent dans les boutiques, les restaurants, les attractions, les hôtels et ceux du Disney Village.

Disneyland-Paris-August-201911

Pourtant, la médecine du travail exprime un avis défavorable concernant le fait de rendre obligatoire les horaires adaptés. « C’est néfaste pour la santé des employés et l’accidentologie risque d’augmenter », confie Lucas Gheddab pour la CFTC au journal Le Parisien. Toutefois, les contraintes médicales, la situation des familles monoparentales ou de séparation entraînant des gardes alternées seront prises en compte sous réserve de justificatifs.

Une partie des syndicats refuse de signer !

Le jeudi 25 juin 2020, la page Facebook de la CFDT Euro Disney a publié un communiqué informant qu’elle ne signera pas « l’avenant n°7 relatif à la réduction de travail ». La section syndicale de la CFDT Euro Disney estime que la proposition de la direction de Disneyland Paris ne permet pas d’atteindre un résultat « gagnant-gagnant ».

Capture d’écran 2020-06-26 à 00.44.10

D’autres syndicats, comme l’UNSA et la CFTC, ont d’ores et déjà annoncés ne pas vouloir signer ce que propose la direction du Parc parisien. La CGT devrait également aller dans la même direction. Si tel est le cas, l’accord ne serait donc tout simplement pas majoritaire.

Communiqué du 25 juin 2020 par le syndicat de la CFDT Euro Disney  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jeudi 9 juillet 2020, la décision tombe et ne va pas dans le sens des Cast Members contestataires. Les dirigeants des organisations syndicales de la CFDT, CGT et CFE CGC en plus de la direction de Disneyland Paris ont dit oui à l’accord sur la réduction de temps de travail, qui concerne les horaires adaptés, le rythme horaire des Teams Leaders (NDLR : chefs d’équipe) et les RTT des cadres.

Capture d’écran 2020-07-17 à 11.17.22

De leurs côtés, les syndicats CFTC et UNSA n’ont pas signé cet accord. Ils suivent ainsi l’avis de la médecine du travail du Parc parisien, qui estime qu’il s’agit d’une régression sociale pouvant avoir un impact néfaste sur la santé et la vie privée des employés. Cet accord sur la flexibilité du temps de travail prendra effet à partir du 1er octobre 2020.

Une partie des Cast Members de Disneyland Paris expriment leur mécontentement sur les réseaux sociaux !

C’est à travers un groupe Facebook nommé « MS2020 » (NDLR : Mouvement Social 2020), qui regroupe 2.300 membres, que certains Cast Members refusent l’accord sur la flexibilité du temps de travail. L’accès à cet espace de discussion et de débat est uniquement ouvert aux employés de Disneyland Paris. À noter que ce groupe Facebook n’est pas géré par l’une des cinq organisations syndicales de l’entreprise.

Du personnel qui est prêt à tout pour se faire entendre pour mettre en avant leur désaccord concernant l’accord sur la flexibilité du temps de travail que la Direction du Parc parisien souhaite leur imposer à partir du 1er octobre 2020. Un Cast Member s’est exprimé dans le journal Le Parisien pour montrer sa détermination « S’il doit avoir lieu, le plan social aura lieu, horaires adaptés ou non ! Cette justification de la Direction de préserver les CDI n’est pas acceptable. On a de l’amour pour la société, on n’agit pas contre elle mais pour préserver des valeurs et le peu de bien-être qu’il nous reste ».

Si les choses ne bougent pas, et continuent d’amplifier les soucis que rencontrent les employés de Disneyland Paris, certains sont prêts à aller jusqu’à la grève. Pourtant, d’autres membres de ce groupe Facebook se veulent plus calmes vis-à-vis de la situation, et notamment des actions à mener pour l’améliorer. « Cela fait des mois qu’une grève, un débrayage ou une manifestation sont annoncés. Trois grèves ont été prévues mais aucune n’a finalement eu lieu », confie l’un d’entre-eux au journal.

Le 9 juillet 2020, « MS2020 » décide d’envoyer une lettre à la présidente d’Euro Disney, Natacha Rafalski. Un écrit mettant en avant l’érosion constante des conditions de travail, leur désapprobation sur la future flexibilité du travail et une volonté d’obtenir un équilibre entre vie professionnelle et privée. Une lettre restée sans réponse… Pourtant, pour que la situation s’apaise, ils souhaitent l’abandon de l’avenant signé le 8 juillet 2020 sur la flexibilité du temps de travail. Un accord qui,  à partir du 1er octobre 2020, et pour au moins deux ans, rend obligatoire les horaires adaptés pour des milliers de salariés des boutiques, restaurants, attractions, hôtels et du Disney Village.

BFM Paris met en avant le mécontentement des Cast Members vis-à-vis de cette situation !

Le jeudi 3 septembre 2020, à travers un petit reportage, BFM Paris met en avant le désarrois des Cast Members mécontents de la nouvelle organisation de travail voulue par la Direction de Disneyland Paris.

À propos de Philippe Chauvin

Je suis Chauvin Philippe, j'ai 27 ans et je suis diplômé en communication (journalisme) de la HEPH Condorcet à Marcinelle (Charleroi, Belgique).

Publié le mai 26, 2020, dans Actualité Disneyland Paris. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :